Recherche avancée

Liberté de religion et laïcité dans les institutions publiques québécoises

Depuis plusieurs années, le port de signes religieux au sein des institutions publiques est un enjeu social important dans la société québécoise. Au milieu des années 2000, lors des travaux de la commission Bouchard-Taylor, de nombreux Québécois sont stupéfaits de constater que plusieurs de leurs concitoyennes de confession musulmane affichent publiquement leur religiosité au moyen d’un foulard couvrant leurs cheveux, le hijab. Certains projets de loi ont proposé d’interdire le port de signes religieux pour l’ensemble du personnel des organismes publics ou parapublics. Cette interdiction reste possible en droit québécois, mais elle doit se fonder sur la recherche d’un équilibre entre la neutralité religieuse de l’État et le droit à la liberté de religion.

Quels sont les liens existants entre la laïcité et la liberté de religion au Québec? Que signifie la laïcité pour une fonctionnaire portant le hijab? En documentant de manière descriptive et nuancée la question des signes religieux, l’auteur propose un examen des normes étatiques et une analyse des pratiques quotidiennes des fonctionnaires québécoises qui ainsi tentent de concilier le respect de leur foi et le respect de l’État.

Cote: 322.109714 L414f 

Feuilleter un extrait de ce livre.

À lire également: Laïcité et signes religieux à l’école 


Source: Rosalie Méthot, Bibliothèque