L’esprit critique

L’esprit critique

Paul est quelqu’un qui vérifie toujours ses sources et veille à ne jamais tomber dans de stupides superstitions. Lors d’un repas entre amis, il explique l’importance de la logique. Un de ses cousins le contredit et le déstabilise. Rentré chez lui, il reçoit la visite de l’Esprit critique, lequel est bien déterminé à lui apprendre ce qu’est réellement la pensée scientifique.

Beethoven : le prix de la liberté

Beethoven : le prix de la liberté

En 1806, Beethoven réside chez le prince Alois von Lichnowsky alors que les troupes napoléoniennes occupent l’Autriche. Le prince refuse de se comporter en vaincu et organise un dîner pour les officiers français, au cours duquel Beethoven montrerait son talent. Mais le musicien refuse de jouer pour l’ennemi et accepte mal que son ami et mécène l’exhibe ainsi.

La Callas : l’enfance d’une diva

La Callas : l’enfance d’une diva

Biographie de la célèbre cantatrice, réalisée à l’aquarelle. L’auteur revient sur son enfance en Grèce au moment de la guerre civile, sur l’hostilité de sa mère et sur l’importance qu’a eue pour elle l’art lyrique, son échappatoire.

Tout est ori

Tout est ori

« Attachez votre tuque avec de la broche ! Ici, on a un roman tellement sensoriel que vous allez sentir moult odeurs (autant agréables que désagréables), ressentir des textures tout aussi variées et voir des choses inimaginables. Il y a de l’humour, du drame, du sexe et du jazz. Vous allez tout savoir sur les mollusques et les pêcheries et améliorer votre japonais au passage. Tout ça à Baie-Trinité ! »
– Shannon Desbiens, Librairie Les Bouquinistes (Chicoutimi)

La course de Rose

La course de Rose

« Un livre aux grands éclats de rire et aux petites frousses. »

— Marie-Hélène Vaugeois (Librairie Vaugeois), quialu.ca

Haute démolition

Haute démolition

« C’est l’histoire de comment la soif de succès et le succès peuvent finir par mener au refus de toute forme de rejet quel qu’il soit, professionnel ou amoureux. »

— Jean-Philippe Baril Guérard

Valide

Valide

« Avant Yukio, j’avais encore peur de la nuit. Je ne fréquentais pas souvent les étoiles. La nuit ne m’appartenait plus. Je m’étais persuadée que les nuits étaient dangereuses pour les femmes comme moi. J’oubliais qu’il existait des oasis où la nuit nous appartenait. C’est que je n’avais jamais fait l’expérience d’un ball. […] Un ball, David, c’était à la fois une messe, une kermesse, un bal et un championnat. C’était là que les Queens, qu’elles soient femmes, butchs ou autres, se faisaient leur nom. »

Lettre à Benjamin

Lettre à Benjamin

« J’ai eu cette idée de t’écrire une lettre – tant qu’à te parler à longueur de journée. Une lettre qui ira – je ne sais pas, on verra. Tu es mort et je ne sais plus vivre. Et je me demande ce que t’avoir accompagné si loin, si longtemps, jusqu’au seuil de la mort, m’aura appris. »